La police a effectivement débarqué très tôt ce matin chez Yasin Denmamode et Axcel Chenney ainsi que chez le directeur des publications de La Sentinelle, ce matin. Ces trois journalistes ne sont toutefois pas sous le coup d’un mandat d’arrêt, déclare l’inspecteur Shiva Coothen. Cela après plusieurs versions contradictoires de la police depuis ce matin.

Les officiers étaient munis de mandats de perquisition, ajoute le responsable des relations presse de la police. Il confirme également que les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department n’ont pas tenté de joindre les journalistes hier.

La police s’est aussi rendue à la rue des Oursins, au siège de La Sentinelle, à la recherche de Sivaramen, Chenney et Denmamode. Philippe Forget, Chief Execeutive du groupe, a déclaré qu’ils n’étaient pas sur les lieux.

Ces descentes font suite à la déposition de Hussein Abdool Rahim, qui s’est achevé hier dimanche 24 septembre. Le parieur professionnel s’est rétracté, il y a quelques jours, quant aux allégations faites notamment contre Ravi Yerrigadoo. L’ex-Attorney General, après une première audition commé témoin vendredi dernier, a de nouveau été entendu hier.

Hussein Abdool Rahim, qui avait sollicité l’express pour faire éclater ce qui est connu comme l’affaire Bet365, accuse les trois journalistes précités ainsi que Roshi Bhadain de complot pour «faire tomber Yerrigadoo».

L’ex-Attorney General avait dû démissionner dans le sillage de cette affaire, il y a à peine deux semaines.

Les journalistes récusent les allégations d’Abdool Rahim à leur encontre. Roshi Bhadain a aussi répliqué par le biais d’une mise en demeure servie à ce dernier mais également à Radio Plus et au Défi.