Les opérateurs économiques affichent la confiance. L’indice du climat des affaires compilé par la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice (MCCI) montre une hausse de 11,2 points au dernier trimestre de 2018. Le dynamisme observé, bien que toujours d’actualité, sera toutefois plus mesuré pour la période de janvier à mars de cette année.

Le segment commercial affiche la plus forte progression (13,4%) d’octobre à décembre 2018. Ce qui vient confirmer l’augmentation des dépenses des ménages à cause d’un pouvoir d’achat accru et un faible taux d’inflation, fait ressortir le 35rapport trimestriel de la MCCI rendu public le 21 février. Les ventes en fin d’année ont, certes, été dopées par les bonis et les festivités du Nouvel an. Les commerçants demeurent cependant optimistes quant au maintien de cette tendance haussière de leurs chiffres d’affaires.

Au niveau du secteur plus traditionnel que celui de l’industrie, l’indice de confiance affiche des résultats plus mitigés. La progression est plus faible : 4% contre 9,3% au quatrième trimestre de 2017. Le chiffre d’affaires affiche une hausse tout aussi faible (2,4%) comparativement à la même période en 2017.

Ce qui explique ces résultats ? Le regain de dynamisme au niveau de la construction, qui est contrebalancé par le secteur manufacturier, affecté par un ralentissement au niveau des principaux marchés d’exportation ainsi que des incertitudes sur le plan international. Si les industriels centrés sur l’exportation font face à une compétition accrue, ceux axés sur le marché domestique doivent composer avec une pression accrue à cause des importations.

Le ralentissement de la croissance au niveau du commerce international a un impact sur notre secteur manufacturier. La progression continuera à un rythme modeste. «Il est impératif pour l’industrie de se tourner vers des activités à haute valeur ajoutée, basées sur les compétences, la recherche et le développement, et l’innovation», fait ressortir la MCCI.

Pour ce qui est des services, chute de 3% de l’indicateur de confiance. Les causes sont nombreuses. On retrouve notamment le mauvais temps qui a interrompu les activités portuaires en novembre, la grève des gilets jaunes à La Réunion qui a causé une baisse de 5% des arrivées.