« Inutile de tout mettre sur le dos du conseil d’administration. » Etant actionnaire majoritaire au sein d’Air Mauritius, soutient Paul Bérenger, le gouvernement, et donc sir Anerood Jugnauth, ne peuvent échapper à leurs responsabilités quant au limogeage de Megh Pillay.

Le leader du MMM fustige également l’attitude de Pravind Jugnauth sur ce sujet. Estimant que le ministre des Finances fait preuve de « lâcheté » en « tentant de faire croire qu’il n’a rien à voir dans cette histoire ». Or, ce serait Pravind Jugnauth et « son clan » qui sont à blâmer, soutient le chef des mauves.

Bérenger a aussi commenté les cas de policiers interpellés dans des affaires de drogue. A l’exemple d’Arvind Hurreechurn, décédé en cellule policière. Selon les informations dont dispose le leader du MMM, le cerveau de ce trafic serait parenté « à un dirigeant du MSM ». Bérenger craint même qu’on tente de « brouiller les pistes ».

Et d’affirmer qu’il faut revoir « beaucoup de choses » au sein des forces de l’ordre. Officiers interpellés dans des affaires de drogue, suicides avec parfois leur arme de service… Pour le leader du MMM, le Commissaire de police devrait requérir une commission d’enquête qui permettrait de remettre la police sur les rails et de lui redonner ses lettres de noblesse.