Le numéro d’urgence 999 de la police a fait l’objet d’une question parlementaire d’Adrien Duval au ministre mentor, le mardi 16 octobre. Le député de Curepipe/Midlands a déploré le fait que les officiers renvoient ceux qui appellent au poste de police de leur localité. Ce qui peut poser problème à ceux qui n’ont pas les moyens, la ligne 999 étant gratuite mais pas les lignes fixes normales.

Le ministre mentor a répondu que cette ligne, joignable 24/7, est sous la charge d’officiers formés, qui sont en nombre suffisant. Sir Anerood Jugnauth a ensuite affirmé que, des appels reçus tous les jours, 10 d’entre eux nécessitait l’intervention de la police tandis que 50 à 60 des appels quotidiens concernent des demandes d’information. Le reste des appels, affirme SAJ, sont des «blank calls». Tentant de rassurer, SAJ a affirmé que les appels sérieux étaient dirigés vers les unités de la police concernées et les cas urgents étaient traités par l’Emergency Response Service, par exemple.

Le ministre mentor a ajouté que dans le cadre du projet Safe City, un nouveau «Emergency Response Management System» sera mis en place et consistera en un système de dernière génération «solide» capable de gérer un plus grand nombre d’appels tout en dirigeant les requêtes aux unités concernées en un temps record de 15 secondes.

Ceux insatisfaits du service n’ont qu’à porter plainte, a répondu sèchement SAJ à Adrien Duval. Celui-ci exhortait le ministre mentor et de la Défense à reprendre la question avec le Commissaire de police. Ce dernier lui a assuré que ce service est efficace, a répliqué SAJ, qui «préfère croire le Commissaire de police plutôt que ‘these… members of Parliament’».