Les jeunes sont, dit-on, les leaders de demain mais « c’est maintenant qu’ils doivent agir », soutient Isswar Jheengut. Le directeur de la Corruption Prevention and Education Division de la Commission anticorruption assistait aujourd’hui au lancement de Youth against Corruption, lors d’un forum organisé ce mardi 25 août dans les locaux de l’ICAC, à Réduit. Celle plateforme entend rassembler les Integrity Clubs des collèges et les Anticorruption clubs des institutions tertiaires du pays.

A travers ce réseau qui est appelé à s’étendre, les jeunes ont l’occasion de montrer leur engagement dans la lutte contre la corruption, a souligné Lutchmeeparsad Aujayeb dans son allocution. Et de mettre à bas la perception toujours vive que cela les intéresse peu ou prou, a poursuivi le directeur général de l’Independent Commission against Corruption (ICAC).

La lutte contre la corruption est « une bataille à mener sur tous les fronts », a rappelé Ameenah Gurib-Fakim. La présidente de la République souligne que ce forum est « important » car il faut « travailler avec les jeunes » et leur « inculquer ce sens des valeurs » essentiel pour résister aux tentations et maintenir leur intégrité et celle des institutions au sein desquelles ils seront éventuellement employés. Ou, comme l’a souhaité Aujayeb, à participer à une « révolution silencieuse » qui changera de manière durable les attitudes et les mentalités.

Le forum a été animé par un panel d’invités et a également été l’occasion d’une cérémonie de remise de prix. Les collèges s’étant distingués au concours « Anti-corruption campaign  in secondary schools » ont été récompensés.