Douze syndicats de la fonction publique ont rejoint la plateforme Trade Union against Corruption (TAC). Cette plateforme réunit les syndicalistes qui se sont engagés dans la lutte contre la corruption.

A la requête de la plateforme, qui existe depuis un an et demi, l’Independent Commission against Corruption (ICAC) a organisé une session de travail ce mardi 20 juin. Le but étant d’armer les syndicats et, partant, les membres de leurs regroupements dans la lutte contre la corruption sur leur lieu de travail.

Au triangle du Réduit où une centaine de participants se sont réunis, plusieurs thèmes sont abordés durant cette journée dont : la pertinence de la prévention contre la corruption, comment rendre la lutte plus efficace, la gestion des risques de corruption sur les lieux de travail et la promotion de l’éthique sur les lieux de travail.

Navin Beekarry, directeur general de l’ICAC, indique qu’un projet de loi pour mieux protéger les whistleblowers est à l’étude.