« L’eau est un bien public », martèle Jayen Chellum, et doit le rester. Le secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice s’élève contre le projet de privatisation de la Central Water Authority (CWA), annoncé par le ministre Ivan Collendavelloo. L’Etat, soutient Jayen Chellum, ne doit pas céder aux pressions de l’International Finance Corporation, membre du groupe de la Banque mondiale, et déléguer la gestion de cette ressource à des compagnies privées « redevables non pas aux consommateurs mais à leurs actionnaires ».

Outre une hausse quasi inévitable des tarifs, le président de l’ACIM dit craindre une baisse dans la qualité de l’eau et des pertes d’emploi. Et d’affirmer qu’au niveau des « 60 pays » où l’eau est privatisée, les compagnies privées retenues ont déclaré faillite dans 34% des cas.

L’Etat « doit investir », estime l’ACIM. Mais aussi travailler à « améliorer le service » et trouver des solutions pour générer des revenus. S’il le faut, avance Jayen Chellum, que l’on recrute un directeur général à grands frais mais aux compétences avérées pour redresser la situation à la CWA.