Le 1er mai est la «fête des travailleurs», insiste Ivor Tan Yan. Le syndicaliste était aux côtés d’autres confrères du Mouvement 1er Mai aujourd’hui.

Les représentants des travailleurs insistent de manière collective, sur le fait qu’il revient aux salariés de reprendre le pouvoir. Ce dernier terme, note Jack Bizlall, devrait évoquer la «liberté» et non les turpitudes et les scandales.

Reeaz Chuttoo est, lui, d’avis qu’il faut du sang neuf pour diriger le pays. Tout comme cela est nécessaire au sein du mouvement syndical.

D’autres syndicalistes ont aussi pris la parole. Ce qui demeure urgent, selon eux : les amendements à être apportés aux lois du travail.