Un comité interministériel se réunira lundi pour se pencher sur leur sort. Autour de la table seront réunis les ministres Xavier Duval, qui préside le comité, Nando Bodha, Ashit Gungah et Soodesh Callichurn. Les représentants de la Federation of Taxi Hotels Associations (FTHA) pourront leur exposer leurs griefs.

L’association a animé une conférence de presse, aujourd’hui, au siège de la Fédération des travailleurs unis. Les chauffeurs de taxis d’hôtels se plaignent notamment de la concurrence « déloyale » que leur font les tour-opérateurs. Ces derniers, estime Murrakhun Yashpal, sont « favorisés » par les hôteliers. Avec notamment un desk au sein de l’établissement alors que les taxis sont postés à l’extérieur. Et que les touristes sont mis en garde contre des pratiques douteuses potentielles de la part des chauffeurs de taxis. Les offres all inclusive des hôtels, qui comprennent le transport, limitent encore plus leur clientèle, avance Murrakhun Yashpal.

Si l’association espère beaucoup de la réunion de ce lundi 7 septembre, elle n’en demeure pas moins vigilante. Et prévient : si elle n’obtient pas satisfaction, des actions s’en suivront. Une manifestation pourrait ainsi avoir lieu le 15 septembre devant le Lux* Grand-Gaube, puis une autre au siège du groupe, à Floréal, indique Atma Shanto, porte-parole de la FTHA.

L’association avait manifesté dans les rues de la capitale il y a près d’un mois, soit le 13 août.

Le syndicaliste a également fait une sortie contre les étrangers qui, selon lui, accaparent les postes dans l’hôtellerie au détriment des Mauriciens. « Nous exigerons que leurs permis de travail ne soient pas renouvelés », a lancé Atma Shanto. « Inn ler pou zot ale. »

Photo : Atma Shanto, Murrakhun Yashpal et Raj Rajiah, respectivement porte-parole, président et secrétaire de la Federation of Taxi Hotels Associations.