Sous Maurice se cache un « continent perdu ». L’affirmation n’est pas d’un écrivain ou d’un poète dans la veine d’un Robert Edward Hart ou d’un Malcolm de Chazal sur la piste du continent mythique. C’est la conclusion d’un article scientifique portant sur l’étude de zircons archéens présents dans des roches expulsées (des trachytes) lors d’éruptions volcaniques.

« En étudiant les roches sur l’île, nous avons découvert des zircons qui ont jusqu’à 3 milliards d’années », explique le professeur Lewis Ashwal, auteur principal de l’article « Archaean zircons in Miocene oceanic hotspot rocks establish ancient continental crust beneath Mauritius ». Celui-ci a été publié, ce mardi 31 janvier, dans Nature Communications, revue prestigieuse.

lewis-ashwal

Le Prof Lewis Ashwal étudiant des trachytes à Maurice. Ce genre d’échantillons est vieux d’environ 6 million d’années mais contient du zircon datant de 3 milliards d’années. (Photo: Susan Webb/Wits University via www.phys.org)

On trouve des roches, poursuit le professeur de géologie à l’université de Wits, en Afrique du Sud, qui ont des milliards sur les continents – la partie « vieille » de la terre. Dans l’océan, plus jeune, de nouvelles roches se forment. « Maurice est une île, et il n’y a pas de roche qui a plus de 9 millions d’années », déclare Ashwal.

Que signifie cette découverte ? « Cela prouve qu’il y a des matériaux crustaux bien plus vieux sous Maurice qui ne peuvent provenir que d’un continent », conclut Ashwal.

Maurice se trouve donc sur un « continent perdu », résultat de la dislocation du supercontinent Gondwana qui avait démarré il y a environ 200 millions d’années. Le fragment sous l’île faisait partie d’un morceau plus important rattaché à Madagascar.

L’article peut être consulté en intégralité ici.

Plus bas, les explications du Prof Lewis Ashwal :