Il n’y a aucune preuve que la défunte Mansoor Rujubali ait reçu une copie de son lease agreement. Elle ne pouvait donc pas avoir donné son assentiment à l’une des conditions avancées par l’Etat, soit que le bail arrivait à terme à sa mort. C’est ce qu’ont fait valoir les hommes de loi de la famille Rujubali dans leur contre-affidavit, expliqué Me Yousuf Mohamed.

De fait, poursuit le Senior Counsel, le bail «revient aux héritiers de cette dame». Un point de droit a aussi été soulevé quant à l’absence de rapport sur l’impact environnemental du projet Metro Express.

Si l’affaire suit toujours son cours en Cour suprême (une nouvelle audience est prévue à 14h30 aujourd’hui), Yousuf Mohamed et Rama Valayden ont toutefois tenté d’ouvrir des négociations avec le bureau du Premier ministre. Faisant valoir qu’une compensation plus adéquate aux Rujubali coûterait bien moins cher que les pénalités par jour que l’Etat devra reverser à Larsen & Toubro pour chaque jour de retard dans la livraison des sites de travaux, censée se faire au 11 septembre.