Ils exigent que leurs revendications soient entendues et satisfaites. Au cas contraire, les pompiers affiliés à la GSEA Fire and Rescue Cadre comptent manifester en janvier 2017.

Leurs griefs : des conditions déplorables dans les casernes, des promotions au poste de Lead Fire Fighter qui se font attendre, des pompiers en service malgré des congés approuvés ou encore quelques pompiers de garde auprès des hôtels, moyennant paiement, au lieu d’une équipe complète et d’un camion…

Contacté au téléphone, Louis Pallen, Chief Fire Officer, précise que les conditions générales au niveau des casernes relèvent des responsables de chacune de ces unités. Le Health and Safety Policy mis en place vient, en outre, définir les responsabilités des pompiers également sur ce sujet, puisqu’il est question de responsabilité partagée. Que ce soit pour prévenir ou gérer le genre de situation qu’évoque la GSEA Fire and Rescue Cadre.

Abordant les congés, Louis Pallen souligne que le Mauritius Fire and Rescue Service assure un service d’urgence. « Notre priorité est d’assurer la sécurité du public », insiste le Chief Fire Officer. Par conséquent, même si des demandes de congé de soldats du feu ont été approuvées, « on a parfois besoin de les rappeler ». « C’est d’ailleurs l’une des conditions imposées au moment du recrutement. »

Pour ce qui est des Lead firefighters, Louis Pallen explique que c’est une « appellation » qui vient « reconnaître des pompiers qui ont assumé, à un moment ou à un autre, des responsabilités ». Les syndicats avancent que la provision du Pay Research Bureau concernant les Lead firefighters sous-entend une promotion à ce poste pour ceux ayant au moins 15 ans de service et qui ont assumé des responsabilités. Selon Radhakrishna Sadien, président de la Government Service Employees Association (GSEA), 500 personnes seraient concernées.

Or, une réunion entre le PRB, le ministère de la Fonction publique et le service des pompiers, la semaine dernière, a permis de clarifier que le Lead firefighter « n’est pas un poste en tant que tel »

Il ressort de cette réunion, selon Louis Pallen, que le rapport du PRB vient faire provision pour une allocation qui intervient à chaque fois qu’un pompier « prend le ‘lead’ », en l’absence d’un superviseur ou, quand, lors d’un incident de grande envergure, il n’y a pas assez de superviseurs. C’est le cas, par exemple, lors des interventions durant les grosses pluies, fait remarquer Louis Pallen.

Enfin, pour ce qui est des « postes rapprochés », Louis Pallen explique que le Mauritius Fire and Rescue ne dispose pas de suffisamment de camions pour en dépêcher un auprès de chaque hôtel et autre établissement qui en fait la demande.

Les frais pour ce service, dit-il, ne relèvent pas d’un tarif commercial. Le nominal fee appliqué est déterminé par l’Etat, relève Pallen, et « ne couvre même pas les frais de déplacement ».

Photo : De gauche à droite Eshan Jawaheer, délégué des pompiers, Radhakrisna Sadien, président de la GSEA, et Ashraf Buxoo, Deputy Organising Secretary de la GSEA.