Leur maison s’est brisée en deux. A Camp Manna, une sexagénaire et sa fille ont dû être évacuées d’urgence, ce matin, par des éléments de la Special Mobile Force. Les pluies torrentielles ont provoqué un glissement de terrain dans cette région de Tranquebar, auquel la maison n’a pas résisté.

Sur les lieux ce matin, le député mauve Reza Uteem déplore qu’il n’y ait pas eu de travaux de pose de drains dans cette localité. Cela alors que les autorités avaient déjà constaté, suivant les inondations de 2013, que cette région était à risque d’inondation et de glissement de terrain.

Les travaux de drains ont pris du retard, concède Roubina Jadoo-Jaunbocus, à cause de certains écueils. Il est donc faux de dire que rien n’a été fait, ajoute-t-elle.Et d’expliquer que la présence de squatters dans la localité et le fait que le tracé des drains passe sur des terrains privés sont venus ralentir les démarches entreprises par les autorités. Un premier appel d’offres pour les travaux, lancé fin 2017, a été non concluant. Un second exercice suivra prochainement.