Follow Us On

Slider

Les Mauriciens sont invités à redécouvrir l’estuaire de Terre-Rouge. Situé en bordure du Mauritius Container Terminal, à Roche-Bois, ce site s’étalant sur 26 hectares est classé depuis 2001 comme zone humide d’importance internationale sous la Convention de Ramsar. Il est l’un des rares de l’océan Indien à accueillir les oiseaux migrateurs qui fuient l’hiver en Europe et en Sibérie.

Dès que la marée est basse, les oiseaux se jettent sur de jeunes crabes, des mollusques et des petits poissons prisonniers de la vase. L’ancien dépotoir est aujourd’hui recouvert de roseaux et il a reçu un coup de neuf cette année afin de permettre aux ornithologues d’observer les oiseaux migrateurs dans les meilleures conditions.

Dans le cadre de la Journée mondiale des zones humides célébrée le samedi 2 février, le ministère de l’Agro-industrie a convié des élèves de deux collèges de la capitale à découvrir l’estuaire. Lors d’une cérémonie sur place le jeudi 7 février, le ministre Mahen Seeruttun a saisi l’occasion pour énumérer l’importance de préserver les «wetlands».

Il estime que, sans doute par ignorance, nombre de marécages dans les régions de Flic-en-Flac, Grand-Baie et Péreybère ont été comblées pour des développements fonciers. Ce qui expliquerait pourquoi elles sont inondées après de grosses pluies. L’estuaire de Terre-Rouge est protégé depuis 1997 et il est, avec le parc marin de Blue-Bay et le barachois de Pointe-d’Esny, des lieux classés sous la convention de Ramsar.

 

Un ponton a été installé pour mieux admirer les oiseaux migrateurs

 

L’estuaire de Terre-Rouge donne une vue imprenable sur l’entrée de la Baie-du-Tombeau

 

C’est à marée basse que le spectacle débute. Les oiseaux se jettent sur de jeunes crabes, des mollusques et des petits poissons prisonniers de la vase

Facebook Comments