La Renal Disease Patients Association salue l’acquisition, par la Santé, d’une soixantaine de nouveaux appareils de dialyse. Mais ceux-ci ne sont pas utilisés de manière optimale, déclare Bose Soonarane. En cause, selon le secrétaire de l’association : des infirmiers qui ne seraient pas correctement formés.

Nous avons contacté le service de presse du ministère de la Santé. Il était injoignable.

Autre problème soulevé par l’association : la non-disponibilité d’Eprex pour les malades pris en charge par l’Etat dans les centres de dialyse des cliniques privées. Ce médicament aide à traiter l’anémie chez les patients souffrant d’insuffisance rénale. Or, pour obtenir les doses requises, les patients doivent se rendre dans un établissement de santé public après leurs séances de dialyse.

Saluant également le vote du projet de loi amendé sur le don d’organes, la Renal Disease Patients Association réitère que la priorité doit être la formation des médecins. Afin que les transplantations puissent se faire localement.