La salle est plongée dans le noir. Une jeune fille court sur scène, poursuivi par un homme vêtu d’un long manteau noir, au dos duquel de grosses fleurs rouges sont dessinées. Au bout d’un long manche posé sur son épaule, une faux à trois lames qui se balance au rythme de ses pas. Les lames se lèvent face à la jeune fille qui tente de se défendre. Toutefois, Hidan est le plus fort. La jeune fille s’écroule à terre. Le ninja membre de l’Akatsuki saisit un couteau, lèche la lame, et la plante dans l’abdomen de sa victime…

Cette scène inspirée du manga Naruto est le numéro qui a inauguré le concours de Cosplay organisé sur le campus du Réduit, ce 15 mars. Une compétition qui a été le point phare de la troisième édition du Cosplay Festival organisé par l’UoM Anime & Manga Society.

Pendant près d’une heure, douze concurrents, seul ou avec d’autres partenaires, sont montés sur scène pour incarner leurs personnages. Et ont enchaîné des scènes de combat synchronisé, de sauvetage.

Face à eux, un jury de trois personnes, dont une partie s’est lui aussi prêté au jeu. Les deux jeunes femmes du jury sont costumées. L’une a l’allure d’une geisha : kimono, longue perruque brune et,  aux pieds, des chaussettes blanches rappelant les tabi traditionnels et une paire de nu-pied qui évoquent le geta, ces sandales de bois. La seconde jeune femme arbore une perruque turquoise. Jonchée sur une paire de compensées, son look kawaii fleuri et son casque fluorescent crient sa passion pour l’univers asiatique. Seul le garçon du jury détonne dans cet univers extravagant.

Le jury et les compétiteurs ne sont pas les seuls à être en costumes. Dans le public installé dans l’auditorium Paul Octave Wiehé, d’autres amateurs de cosplay. Comme cet étudiant, au premier rang. Dos droit et jambes croisées, sourire énigmatique aux lèvres, costume noir et gants blancs. Sans oublier la cicatrice au front. Lui nous invite dans l’univers du manga d-gray man, à travers le facétieux Tyki Mikk.

A sa gauche, Wolverine, dont les griffes acérées très ressemblantes ne sont toutefois pas en adamantium mais… en plastique gris métallisé. Un autre étudiant trimballe sur son épaule une épée (en carton) d’un mètre de long. Certains ont préféré être plus mesurés, comme cette étudiante qui porte un serre-tête aux oreilles de chat.

Aux costumes hétéroclites, on comprend que les inspirations sont diverses. Gentils comme méchants, les étudiants ne font pas de distinction. Ils choisissent le personnage qui leur parle le plus, celui qui leur permet de se révéler. « J’ai toujours été fascinée par les différents mondes qu’on pouvait créer grâce à son imagination », déclare Cindy, déguisée en Chapelier fou. « Quoi de mieux que de personnifier ses héros ? » lance celle qui dit avoir une personnalité « flamboyante ».

L’exubérance est au rendez-vous quand elle donne de la voix. Elle descend de scène en pleine chanson. S’agenouille et danse aux pieds du public. « Revêtir un costume me permet de montrer une autre facette de moi », confie Cindy. Comme d’autres cosplayers, elle joue son rôle à fond. Sortie de scène, le personnage ne disparaît pas pour autant.

Akasha a, elle, choisi d’incarner un personnage du jeu vidéo God of War. Son visage est fardé de blanc, les traits soulignés pour lui donner un air féroce. Elle a des marques rouges sur une partie du visage et du torse. Et des chaînes prolongées par des armes. Elle est Kratos, le protagoniste du jeu.

A ses yeux, le cosplay, c’est « de l’amour, de la passion, de la créativité », mais aussi « de l’artisanat, des compétences, de l’expression de soi ». Et, surtout, « de l’amusement ». Pourquoi avoir opté pour un personnage masculin ? Pour montrer que « les filles dans la communauté cosplay sont aussiʻbadassʼ », des dures à cuire. D’ailleurs, lors de son numéro, elle mettra une dérouillée à son compère, le projetant sur un amas de pierres, au pied du public ! Une interprétation qui lui vaudra de repartir avec le premier prix. De même, la précision de son déguisement a été déterminante – c’était là les deux critères.

Les filles ont d’ailleurs été à l’honneur lors de cette compétition puisque deux autres étudiantes ont raflé les 2et 3places du concours de costumes. Soit Giresha Jagai, qui s’était glissée dans la peau de Pyramid Head, et Najeebah Nabeebaccus, qui tournoyait dans le costume violet de la guerrière Sailor Saturn.