« Merci pou mois mai / Qui pou arive nou lavenir ? », « Pa pran nou bouse manze », « Lisansiman = dram imin »… Les employés d’Iframac sont descendus dans la rue, ce samedi. Et les pancartes qu’ils ont brandies illustrent bien leurs craintes. Car si tous saluent la décision du gouvernement d’annuler le licenciement de centaines d’employés du groupe BAI, dont ceux de leur entreprise, nombreux estiment que ce n’est là qu’un répit. N’ayant aucune garantie quant à leur avenir.

« Il ne faudrait pas que les travailleurs paient pour les fraudeurs », a ainsi scandé l’un des animateurs de la marche pacifique, lorsque les manifestants se sont rassemblés à la municipalité de Quatre-Bornes. Après avoir marché depuis St-Jean. Des syndicalistes de la Confédération des travailleurs du secteur privé et de la Federation of Progressive Unions étaient aussi à leurs côtés.