Près d’une centaine d’employés de Fairy Textiles étaient, ce matin, rassemblés devant le bureau du ministère du Travail aujourd’hui. Ceux-ci, des ressortissants bangladais, se plaignent de leurs mauvaises conditions et du non-respect de leur contrat de travail. Rajendra Marden de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), qui était sur les lieux, explique que les travailleurs sont venus porter plainte au bureau du Travail.

Ceux employés chez Fairy Textiles disent ainsi ne pas percevoir le montant stipulé dans leur contrat pour le meal allowance. Au lieu des Rs 1 000 mensuellement, on leur remet entre Rs 200 et Rs 850. L’un d’entre eux, venu à Maurice pour être machiniste, dit se retrouver à faire la cuisine ou la lessive uniquement.

Mohmmad Mamun Hossain explique que ses collègues et lui ont tenté de discuter avec leur patron mais en vain. Ce dernier, dit-il, avance que les affaires ne vont pas bien et qu’il paiera alors ces ressortissants bangladais « selon les dispositions légales » lorsque la situation financière de la compagnie s’améliorera. Ces travailleurs, soutient Mohmmad Mamun Hossain, ne refusent pas de travailler mais réclament seulement ce qui leur est dû. Et espèrent que le gouvernement mauricien les entendra.

Rajendra Marden fait ressortir que sur ces Bangladais pèse la menace de la déportation s’ils osent demander un meilleur salaire. Quatre de leurs compatriotes auraient été renvoyés dans leur pays  pour cela. Le syndicaliste souhaite, pour sa part, que le ministère du Travail intervienne pour constater les conditions de vie de ces salariés.