Les conditions actuelles – averses, chaleur… – favorisent aussi la prolifération de moustiques. Des insectes qui peuvent transmettre le chikungunya, la dengue, la malaria et le virus zika.

Des maladies non endémiques à Maurice mais qui peuvent entrer sur notre territoire avec le trafic aérien et portuaire, indique le Dr Vasantrao Gujadhur, directeur des services de santé au niveau du ministère. D’autant que Maurice est proche du sud-est asiatique et de l’Afrique, où sévissent ces virus.

Pour parer à toute éventualité, les autorités redoublent de vigilance. Une réunion multisectorielle a eu lieu, ce matin, sous la présidence du ministre Anwar Husnoo. L’occasion pour chaque partenaire de prendre connaissance des derniers développements mais aussi de renforcer la collaboration dans la lutte antivectorielle.

Les autorités profiteront ainsi de la campagne Clean Up Mauritius, qui démarre cette semaine, pour rappeler au public les précautions à prendre pour empêcher la prolifération de moustiques.

Outre les efforts déployés au niveau de l’Etat, il revient à chacun de participer à ces efforts, insiste Ambicadutt Bheecarry, responsable de la Vector Biology and Control Division au ministère de la Santé. Car les moustiques commencent à développer des résistances aux larvicides utilisés lors des exercices d’épandage.

Les précautions, du reste, sont simples : vider régulièrement tout contenant d’eau stagnante après une averse ou un arrosage et éviter les piqûres de moustiques, soit en se couvrant le corps mais aussi en utilisant des produits anti-moustiques.