Follow Us On

Slider

Son cas, révélé dans la presse dominicale, a ému tout un chacun. Malgache de naissance, Léa Ratna était sous la menace d’une expulsion du territoire mauricien. Cette mère de deux enfants n’aura finalement pas à faire ses bagages pour rentrer dans la Grande île. Le Premier ministre, qui l’a reçue aujourd’hui, lui a indiqué que le bureau du Passeport et de l’Immigration a commis une «bourde» en lui envoyant un courrier la notifiant que son époux mauricien étant décédé, elle devait rentrer à Madagascar.

Léa Ratna est à Maurice depuis 20 ans où elle vit et travaille. Son époux mauricien est décédé il y a six mois. Or, l’habitante de Flacq a obtenu la nationalié mauricienne en novembre 2018.

Outre d’avoir perdu son mari, elle fait partie des licenciés de l’usine Palmar, qui a fermé ses portes au premier trimestre de 2019.

Erickson Mooneeapillay, directeur de l’association Droits humains-Océan Indien et représentant légal de Léa Ratna, réclame la mise sur pied d’un tribunal de l’immigration pour traiter ce genre de cas.

Facebook Comments