Les pêcheurs montent au créneau. Et s’élèvent contre une nouvelle fermeture de la pêche aux ourites. Celle-ci prend effet du 15 août au 15 octobre.

Cette mesure vise à permettre la reproduction de l’espèce et, donc, garantir les prises et le renouvellement du stock. Le projet est mis en œuvre par la Mauritius Marine Conservation Society conjointement avec le ministère de la Pêche,  et soutenu par la Commission de l’océan Indien sous le Programme Smart Fish. Mais n’est pas au goût du Syndicat des pêcheurs.

Celui-ci conteste l’affirmation que la population d’ourites est en baisse. Judex Rampaul, président du syndicat, s’élève également contre le fait que les pêcheurs aient été référés à des organisations non gouvernementales pour cette question. « Quel est le rôle du ministère de la Pêche ? » s’interroge Judex Rampaul. Qui assure que ses confrères et lui, qui se sentent mis à l’écart, veulent protéger l’écosystème marin car les premiers concernés.

Le Syndicat des pêcheurs a aussi évoqué le retard pris dans l’ouverture de l’école de pêche promise par Prem Koonjoo. Un travail de sensibilisation a été effectué auprès des jeunes qui se sont engagés dans ce métier, dit Judex Rampaul, pour qu’ils obtiennent leurs « cartes de pêcheurs ». Il serait temps, affirme-t-il, que le ministre de la Pêche tienne parole. Au risque de faire face à des manifestations dans les rues.

Photo d’illustration (Source: Beachcomber Hotels) : Des pêcheurs d’ourites à Rodrigues.