« A qui profite le crime ? » se sont demandés aujourd’hui Arvin Boolell et Shakeel Mohamed lors d’une conférence de presse du Parti travailliste, ce mercredi après-midi. Pour le porte-parole des rouges, la manière dont le dossier BAI et Bramer a été gérée par le gouvernement trahit une « stratégie orchestrée » visant à mettre en œuvre une « vendetta politique ». Boolell a néanmoins tenu à féliciter l’ancien ministre des Finances Xavier Duval pour avoir « rétabli les faits » sur la BA Insurance et la Bramer Bank ce mercredi matin.

Shakeel Mohamed s’est, lui, intéressé une nouvelle fois à l’incapacité de Vishnu Lutchmeenaraidoo à justifier l’utilisation du terme Ponzi par rapport à certains produits financiers vendus par la BAI. Pour le député rouge, le fait que ce soit le ministre Roshi Bhadain et l’Attorney General Ravi Yerrigadoo qui agissent comme principaux interlocuteurs de Dawood Rawat dénote une volonté politique tendant vers une « prise de contrôle hostile » du groupe BAI. Selon Mohamed, le ministre des Finances a omis de préciser certains passages de la lettre signée par Rawat, qui tendraient, selon le député, à prouver que ce dernier n’a pas fait un aveu de culpabilité. Tout en reconnaissant que certaines « règles ont pu être clairement violées » par BA Insurance et Bramer Bank.

Photo : Shakeel Mohamed, chef de file du PTr au Parlement.