Au-delà de sa déception de ne pas avoir pu concrétiser une alliance avec le Parti travailliste, Paul Bérenger retient les quelques avancées significatives de sa réunion d’aujourd’hui avec Navin Ramgoolam. D’une part, selon le leader mauve, Ramgoolam a pris l’engagement de ne pas s’allier avec le MSM. Et d’autre part, il est désormais possible que la loi sur la réforme électorale soit votée avant la dissolution du Parlement et appliquée dès les prochaines élections. Rendant ainsi possible une configuration dans laquelle le MMM et le PTr participeraient sans alliés aux élections générales.

Devant l’éventualité qu’aucun des deux partis n’obtienne une majorité suffisante pour former un gouvernement, Bérenger se dit toutefois en faveur d’un rapprochement post-électoral avec les rouges. Tout cela à la faveur des relations désormais détendues entre les responsables des deux camps.