Quelque 7 000 emplois créés, moins d’embouteillages et de pollution… Pour Pravind Jugnauth, le métro léger viendra changer la donne au niveau du trafic routier mais aussi de l’économie. Tout en inscrivant Maurice de plain-pied dans une nouvelle ère de modernité.

Metro Express dans les grandes lignes Trajet initial : Curepipe-Port-Louis, avec extension à être considérée vers les villages principaux du reste de l’île et l’aéroport quand le projet sera complété Distance : 26 kilomètres Réseau : 19 stations et 4 gares de transfert Point de départ des travaux : la gare Victoria

Le Premier ministre s’exprimait, ce soir, lors de la cérémonie de pose de la première pierre du projet Metro Express, qui a eu lieu au parking d’IBL, au Caudan Waterfront.

Tout comme Nando Bodha, ministre du Transport, il a tenu à rassurer les opérateurs et travailleurs du transport public que le gouvernement a leur intérêt à cœur. Le Premier ministre faisant ressortir que des discussions seront initiées en vue d’une « win-win situation » pour tous.

« La détermination constante de l’Inde d’être aux côtés de Maurice est égalée par la confiance de Maurice en l’Inde », a souligné Abhay Thakur, Haut-commissaire de l’Inde.

Le projet Metro Express se fait avec le soutien de l’Inde à travers un Special Economic Package. Des accords en ce sens ont d’ailleurs été signés plus tôt dans la journée.

Ce projet, fait ressortir Thakur, est un « premier pas » vers « l’engagement nécessaire au plus haut niveau politique chez les deux parties » pour un partenariat renforcé.

Le Haut-commissaire rassure : si des entités publiques indiennes agissent comme consultants sur les projets financés par le Special Economic Package, elles ont recours aux firmes mauriciennes lorsque c’est possible.

Ainsi, RITES, consultant sur le projet Metro Express, et NBCC sur celui du nouveau bâtiment de la Cour suprême, « sont déjà en discussion avec des compagnies locales pour concrétiser ces projets ».