La Federation of Public Sector and Other Unions revient à la charge. Sur les travaux – en retard – du Pay Research Bureau (PRB) et l’ajustement salarial réclamé dans la fonction publique à cause de l’entrée en vigueur du salaire minimal.

Voilà six mois que le PRB aurait dû démarrer le travail en vue de son prochain rapport, affirme Rashid Imrith. Le bureau du Premier ministre, répondant au courrier du syndicat daté du 19 mars, le renvoie à la Fonction publique. Une réponse qui est loin de satisfaire le président de la FPSOU. D’autant que celle-ci a appris que l’Etat envisage de remplacer le PRB par un autre organisme.

Imrith rappelle, par ailleurs, qu’il a écrit aux autorités concernées pour signaler la nécessité de réajuster les salaires dans la fonction publique à cause du salaire minimal.

La FPSOU étend son délai initial au gouvernement, qui avait été fixé à fin mars, pour lui répondre. S’il n’y a toujours rien dans une dizaine de jours, le syndicat compte entreprendre une série d’actions qui pourrait culminer en une grève de la faim menée par Rashid Imrith.