Le père Philippe Goupille, président du Conseil des religions, se dit bouleversé par l’incendie qui a ravagé la cathédrale de Notre-Dame de Paris dans la soirée du lundi 15 avril. Intervenant ce mardi 16 avril lors du lancement d’un projet éducatif à l’intention des collégiens, il souligne que cet édifice a une valeur symbolique pour les Chrétiens à travers le monde. C’est aussi un lieu qui attire les personnes de toutes religions confondues, insiste-t-il.

Une enquête a été ouverte par les autorités françaises sur les circonstances de cet incendie alors que ce monument vieux de 850 ans et classé au patrimoine mondial de l’humanité en 1991 était en rénovation. L’Unesco a déjà fait savoir à la France qu’elle sera à ses côtés pour la rénovation de la cathédrale rendue populaire par Victor Hugo dans son roman éponyme.

Tandis que les familles Arnault et Pinault, qui sont à la tête des deux plus gros groupes de produits de luxe français, ont annoncé leur intention de financer cet exercice à hauteur de 300 millions d’euros, le Premier ministre australien a ravalé ses propos quant au lancement d’une quête nationale pour aider la France.

Peu avant midi, heure de Maurice, les sapeurs-pompiers de Paris ont annoncé que l’incendie était totalement «éteint». Gabriel Plus, leur porte-parole, a indiqué lors d’un point de presse sur place qu’un feu violent s’était «propagé très rapidement sur l’ensemble de la toiture», soit sur «1 000 mètres carrés environ».