Follow Us On

Slider

A l’invitation du parti The Liberals, ils étaient une vingtaine de personnes à s’être rassemblés au pied du bâtiment Anquetil, ce matin. L’objet de leurs griefs : les nombreux « scandales » qui secouent le pays, en particulier dans le secteur de la santé. Dont celui affectant des patients qui ont perdu la vue à la suite d’injection d’Avastin. Pour Rajah Madhewoo, le ministre de la Santé Lormus Bundhoo « has to go ». Ou alors, poursuit-il, que le Premier ministre Navin Ramgoolam « prenne la décision de le renvoyer ».

Les Fact-finding committees, ajoute Madhewoo, ne servent à rien. Il est rejoint sur ce point par Munsoo Kurrimbaccus, secrétaire général du Parti Justice sociale. Qui précise que les rapports de ces comités – qui, dit-il, sont mis en place « pou fer dimoun bliye problem » – finissent au fond des tiroirs.

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in News, Videos
[Vidéo] La National Human Rights Commission rencontre les avocats des familles de condamnés de L’Amicale

L’enquête préliminaire de la National Human Rights Commission concernant le dossier des condamnés dans l’affaire L’Amicale démarrera avec l’audition de...

Close