Quel bilan pour l’Alliance Lepep après un an au pouvoir ? Lors de son congrès hebdomadaire, le Muvman liberater a choisi de s’attarder sur les mesures sociales. A l’instar de la compensation salariale de Rs 600 en début d’année et accordée de nouveau, en début de semaine malgré le faible taux d’inflation, note avec satisfaction Ivan Collendavelloo. Ou encore des tarifs sociaux appliqués pour l’eau et l’électricité.

L’heure était aussi, en ce vendredi 11 décembre au centre communautaire de Coromandel, aux récriminations. La cible principale des principaux orateurs : Paul Bérenger et le MMM. Bérenger le « malhonnête », Bérenger et son « fiasco total » en tant que Premier ministre, Bérenger qui « pe kontign koz koze » avec le PTr après le « pacte toxique » de 2014… Anil Gayan n’a pas eu de mots tendres pour son ex-leader et ancien camarade de parti, à Coromandel, ce vendredi soir.

Ravi Rutnah a, pour sa part, mis en garde, le leader des mauves qu’il accuse de l’avoir traité de « ti-verminn » au Parlement, plus tôt le même jour. Gayan et Rutnah s’accordent à dire que le MMM, en privilégiant l’abstention lors du vote du Good Governance and Integrity Reporting Bill, va à l’encontre de ses principes de combattre la fraude et la corruption.

La question des nominations était aussi à l’agenda. Ainsi, pour Collendavelloo, Vijaya Sumputh est une cible privilégiée car elle a mené campagne contre le MMM dans la circonscription de Beau-Bassin/Petite-Rivière. Le leader du parti kare kare de s’exclamer : « A croire que nous n’avons pas le droit de mettre des gens proches de nous et qui partagent notre vision à la tête d’organismes qui nous aident à faire du bon travail ! » Rutnah estime même que la Chief Executive du Cardiac Centre de Pamplemousses a réussi à « kas lerin bann mafia » qui y sévissait.