Rififi au Parlement, hier soir, alors que les débats sur le Finance Bill allaient bon train. Paul Bérenger a traité Etienne Sinatambou de «Pinocchio». Ce qui lui a valu, au final, d’être expulsé de l’hémicycle.

Le terme est, en effet, très mal passé auprès du ministre de la Sécurité sociale. Qui n’entendait pas laisser passer cela après le «bouffon» que lui avait lancé Rajesh Bhagwan plus tôt dans la journée.

Sinatambou a donc soulevé un point of order. Que le Deputy Speaker, élu en début de séance, a retenu. Bobby Hurreeram d’expliquer que dans ce contexte, il considère le mot «Pinocchio» «unparliamentary» car lancé comme «une insulte».

Paul Bérenger a toutefois refusé d’obtempérer aux injonctions du Deputy Speaker de «please withdraw». Le leader des mauves persiste et signe : «Quand il se comporte comme un Pinocchio, je dis qu’il est un Pinocchio.» Et d’exhorter le Deputy Speaker à «prendre sa décision» alors que ce dernier lui intimait de «donner le bon exemple».

La courte suspension de séance d’une quinzaine de minutes n’y a rien changé. Bobby Hurreeram a alors fini par expulser le leader du MMM. Celui-ci a quitté l’Assemblée nationale aux côtés de ses autres camarades de parti. Sous les huées et les «Sinema!» fusant des travées de la majorité. Le départ des élus du Parti travailliste n’est pas passé inaperçu : «Lalians! Lalians!» a nargué Ravi Rutnah.

Seuls les députés du PMSD sont restés à leurs places. Pravind Jugnauth en a d’ailleurs fait la remarque lors de son summing up.

Avec le vote du Finance Bill ce 31 juillet, 68 textes de loi seront amendés.

La toute dernière séance de cette première session parlementaire de 2018 aura lieu ce vendredi 3 août. A l’ordre du jour : la motion d’Alan Ganoo sur la limitation du mandat de Premier ministre, et celle de Reza Uteem sur la mise sur pied d’une commission d’enquête sur Alvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais controversé.

Le Parlement sera par la suite en congé durant trois mois, pour reprendre au mois d’octobre.