Pour la commission de l’éducation du MMM, la situation a assez duré. Hemant Madhow, insiste Steve Obeegadoo, doit être autorisé à retrouver son poste au sein du Mauritius Institute of Training & Development (MITD). Le syndicaliste a été suspendu de ses fonctions pour avoir commenté l’affaire de pédophilie alléguée au MITD qui a fait grand bruit l’année dernière.

Dans le sillage de cette affaire, deux autres employées s’étaient vu sanctionner pour avoir dénoncé l’agresseur présumé. Pascale Bodet, psychologue, et Sudha Singh, instructor, faisaient également l’objet de poursuites qui ont toutefois été rayées à la mi-mai. La première nommée a été réintégrée à son poste, ce que salue Françoise Labelle. La députée mauve s’interroge cependant sur les « réparations » à accorder aux deux femmes pour l’injustice qu’elles ont subie.

Pour le MMM, les « structuration et restructuration » au niveau du MITD « tournent en rond ». Et c’est le management qui pose problème. Le parti réclame donc la dissolution de l’actuel conseil d’administration de MITD et le recrutement « en transparence » d’un nouveau directeur.