Le MSM et le MMM ont des positions «identiques» sur la réforme électorale, estime Etienne Sinatambou. Soit une dose de proportionnelle et non une «full proportional». Il serait donc «malhonnête» pour le parti du cœur de ne pas voter en faveur du Constitution (Amendment) Bill, soutient le ministre de la Sécurité sociale.

Reza Uteem et Veda Baloomoody n’ont pas apprécié ce terme, et l’ont fait savoir. Ce dernier balançant même un «Kapon!» à Sinatambou, remplacé par «coward» quand le député mauve s’est fait rabrouer par la Speaker. Celle-ci ayant exigé un retrait sans condition de ce mot, Baloomoody s’est exécuté, non sans promettre une réponse. Le député de Rivière-des-Anguilles/Souillac est sur la liste des orateurs de ce samedi 8 décembre.

S’il a fait référence à Paul Bérenger durant cet échange, Sinatambou a pris la perche que lui a avancé la Speaker quand elle lui a demandé si son commentaire visait quelqu’un ou était de nature générale.

Sinatambou a soufflé le chaud et le froid vis-à-vis du MMM. Semblant être inspiré par la démonstration de Paul Bérenger hier, le ministre a aussi remonté le fil de l’histoire des élections et du processus électoral. Corrigeant ici et là le leader du parti du cœur.

«Nous sommes loin de la position du PMSD», a souligné Sinatambou. «Mais peu de choses séparent la position du MMM et celle du MSM.» Le parti du cœur avance des prétextes «légers» et «peu crédibles» en soutenant que 12 députés élus à la proportionnelle sont trop peu alors que sa contre-proposition est de 14, s’est expliqué Sinatambou.

Sinatambou a aussi tiré sur Shakeel Mohamed. Fustigeant notamment le chef de file du PTr au Parlement pour ses propos «aux relents communaux» et son retournement de veste sur le Best Loser System, que Mohamed a défendu avec ferveur hier. Mais aussi pour avoir «harangué le bon Dr Husnoo parce que le bon Dr Husnoo a eu le courage de dire ce qu’il pensait».