Pas de meeting ni de grand rassemblement pour les mauves  en ce 1er-Mai. Le MMM consacre, en effet, cette journée à un travail de réflexion sur la nouvelle Constitution du parti. Préparé par une Task Force qu’a présidé Steve Obeegadoo, ce document est examiné en profondeur aujourd’hui par l’état major avant d’être discuté au sein de toutes les instances du parti.

Il reviendra ensuite au bureau politique, en fonction des différents avis et propositions exprimés, de faire des « recommandations précises » qui seront soumises au vote lors d’une assemblée des délégués spéciale, explique Paul Bérenger.

Les débats seront particulièrement houleux, estime le leader du MMM, quand le fonctionnement du parti sera abordé. Il est notamment question de mettre sur pied des comités de coordination. Ces « structures de base du parti » détermineront qui seront les délégués qui les représenteront aux assemblées des délégués.

Le MMM se dotera également d’un Code de conduite. Même si, selon Bérenger, son parti est « le seul parti propre et honnête » du pays.

La Constitution du MMM se penche formule des propositions sur la déclaration de principes du parti, sur les finances, le bureau politique et le leadership, ainsi que la création d’une université d’été, entre autres. Les discussions sont nécessaires qui prévient toutefois : « Il ne faut pas qu’il y ait des procès d’intention, ni de considérations personnelles, ni de cliques. »

La vision que pose ce document ne s’arrête pas à cette année, indique Steve Obeegadoo, qui a présidé la Task Force. « Il faut anticiper, dit-il, oser, innover, ‘ena toupe’ » si le parti veut se réinventer.

Cette réinvention ne sera pas totale, estime pour sa part Ajay Gunness. Qui rappelle que le MMM est resté fidèle à ses principes depuis sa création, tout en se remettant en question quand il le fallait.

Une assemblée des délégués, a par ailleurs annoncé Bérenger, se réunira le 22 mai pour discuter de l’actualité politique.