Les deux parties sont retournées à la table des négociations, avec pour arbitre le ministère du Travail. La crise dans le secteur sucre n’est pas pour autant terminée. Si le Joint Negotiating Panel (JNP) a accepté de revoir à la baisse l’augmentation salariale réclamée pour les employés du secteur, l’échelonnement du paiement des 13 % reste à déterminer. La Mauritius Sugar Producers’ Association (MSPA) a animé un point de presse urgent, à ce sujet, ce jeudi après-midi.

Son président, Gilbert Espitalier-Noël, a rappelé l’impact économique de cette grève qui dure depuis neuf jours. Les employés du secteur étaient d’ailleurs dans les rues de la capitale, hier, pour faire entendre leurs revendications. Le président de la MSPA a surtout souligné ce qu’il qualifie de « mauvaise foi » de la part du JNP. Car le JNP, dit-il, tend à poser de nouvelles conditions à chaque fois que les deux parties se rapprochent d’un accord.

Gilbert Espitalier-Noël a également indiqué que malgré l’appel du JNP, les travailleurs ne seront pas rémunérés pour la période de grève. Cela en conformité avec les dispositions légales. L’association des producteurs de sucre a de nouveau réitéré son inquiétude face aux actes d’« intimidation » envers les employés qui souhaitent travailler.