Les actes sont plus éloquents que les paroles, nous dit l’adage. Dans le cas du hochement de tête de nos amis indiens, c’est certain. A mi-chemin entre le « oui » et le « non », on ne sait pas toujours ce qu’il veut dire. Des ressortissants de ce pays décodent ce geste emblématique de la Grande péninsule.