Le 3e Sommet Inde-Afrique a pris fin hier. Dans son discours, sir Anerood Jugnauth a souligné l’« excellent partenariat qui se construit entre l’Inde et l’Afrique dans un esprit de coopération Sud-Sud ». L’Afrique, affirme le Premier ministre, avance « résolument » vers un meilleur avenir. Et a un énorme potentiel en termes d’investissement, de création d’emplois et de développement durable. D’où l’importance d’« amis proches » tel l’Inde.

Outre les liens Inde-Maurice de longue date, SAJ a aussi mis en avant sa Vision 2030 pour un deuxième miracle économique. Celle-ci s’appuie fortement sur le potentiel de développement qu’offre le continent africain, dont celui d’un corridor aérien Asie-Afrique en passant par notre pays.

Pour le Premier ministre, ce Sommet historique démontre la volonté de « nos deux continents » à s’engager pour une ère de « prospérité » et de « paix ».

Le Premier ministre indien Narendra Modi s’est engagé à approfondir le partenariat entre la Grande péninsule et l’Afrique, notamment dans le domaine des énergies vertes, des habitats durables, du transport public et d’une agriculture plus résiliente pour faire face aux changements climatiques. Cette collaboration s’étendra aussi au « développement des savoirs et médecines traditionnels d’Inde et d’Afrique ».

Narendra Modi a annoncé, hier, un prêt à un taux concessionnel d’un montant de 10 millions de dollars sur les cinq prochaines années pour l’Afrique, en plus de son programme de crédit actuel. Un programme d’assistance sera également mis sur pied, avec notamment des subventions à hauteur de 600 millions de dollars, qui comprendront un India-Africa Development Fund (montant : 100 millions de dollars) et un India-Africa Health Fund (doté de 10 millions de dollars). La formation n’est pas en reste, avec 50 000 bourses pour étudier en Inde sur les cinq prochaines années.

Il a également fait un appel pour que l’Inde et l’Afrique parlent d’une même voix pour des réformes à l’Organisation des Nations unies ainsi qu’à son Conseil de sécurité.