Shakeel Mohamed a perdu son sang-froid face aux policiers, à La Butte, dans la journée. Ces derniers insistaient pour commencer la démolition des maisons qui se trouvent sur le tracé du projet Metro Express.

Arrivé détendu et saluant même les forces de l’ordre, le député du Parti travailliste s’est emporté alors que les policiers tentaient d’entrer dans la maison d’Azam Rujubali en son absence pour enlever ses effets personnels. Les policiers présents ont fait valoir qu’ils avaient reçu une notice of eviction et ne faisaient qu’exécuter les ordres. Shakeel Mohamed et d’autres politiciens présents sur les lieux insistaient, eux, pour qu’on attende le retour d’Azam Rujubali.

Celui-ci s’était rendu à la mi-journée chez son avoué Kaviraj Bokhoree pour saisir la Cour suprême afin de demander un ordre intérimaire en attendant l’audience de ce lundi 4 septembre à 13h30.

La juge Rita Teelock a émis l’ordre intérimaire dans le courant de l’après-midi. Et sommé, comme dans le cas des habitants de résidence Barkly, le Premier ministre ainsi que les ministères du Transport de même que celui du Logement et des Terres de venir s’expliquer sur les raisons pour lesquels elle ne devrait pas émettre l’injonction souhaitée par les habitants de La Butte et de résidence Barkly.

Shakeel Mohamed s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet sur sa page Facebook. Se réjouissant de cette décision de la Cour suprême. Et se désolant que la police ait malgré tout, entamé la «destruction illégale et non autorisée» des maisons à La Butte mais aussi, malgré l’ordre intérimaire émis ce matin, à résidence Barkly. Le député PTr espère que le gouvernement compensera comme il se doit les habitants touchés par cette situation.