C’est quasiment fait. Le leader du MMM ne dit pas seulement cela de la réforme électorale mais aussi de la IIe République. C’est le constat « trop beau pour être vrai » qu’il a fait aujourd’hui à l’issue d’un bureau politique spécial.

Si Bérenger a fait une croix sur l’alliance MMM-MSM, il explique que si la question d’une alliance travailliste-MMM se pose « dans les jours ou semaines à venir », elle sera discutée « ouvertement » dans les instances du parti.