Ils se disent solidaires d’Alain Edouard, qui a été licencié par la Cargo Handling Corporation il y a maintenant une semaine. Un renvoi que les membres du Conseil des syndicats (CDS), par la voix de Radhakrisna Sadien, estiment être une « tentative d’intimidation contre des dirigeants syndicaux » qui s’élèvent contre la privatisation du port.

Comme d’autres, ce regroupement de cinq centrales syndicales s’oppose farouchement à ce projet. « La privatisation n’a jamais été dans l’intérêt de la population » dans les différents pays où des services publics sont passés sous le contrôle d’entités privées, affirme le président du CDS. Pour Sadien, il ne fait aucun doute : « Pa kapav met lepor dan lama konpani etranze. » Et de réclamer l’intervention « du gouvernement central, du Premier ministre, pour réintégrer le camarade Edouard ».

Le CDS ne voit pas non plus d’un bon œil la privatisation annoncée de la Central Water Authority. « Le service peut être amélioré sans privatiser le secteur », soutient Sadien.

Le CDS regroupe le Mauritius Labour Congress, la Mauritius Trade Union Congress, la National Trade Unions Confederation, la Confédération des travailleurs du secteur privé, ainsi que la Confederation of Free Trade Unions.