Le complexe multisport de Côte d’or sera livré dans les temps. Stephan Toussaint est confiant. En dépit du calendrier serré et des travaux additionnels pour la pose de pylônes en béton nécessaires. Toutefois, le coût a été revu à la hausse : Rs 3,9 milliards au lieu des Rs 3,2 milliards estimés initialement. Et l’ardoise risque d’être plus salée, a indiqué le ministre de la Jeunesse et des Sports au Parlement.

En cause notamment : des travaux additionnels pour installer des pylônes en béton («piling works») au niveau du stade de foot qui doit répondre aux normes de la Fifa mais aussi du centre aquatique, du gymnase et du centre aquatique. Pour ce dernier item, le coût estimé grimpe de près de trois quarts pour atteindre Rs 756 millions.

Il faudra attendre fin juillet pour être fixé sur les coûts, a assuré Toussaint lors de la Private Notice Question de ce vendredi 22 juin.

Si les dates de livraison des infrastructures ont été revues légèrement, le ministre ne s’attend toutefois pas à des retards. La piscine sera livrée fin mai 2019, les stades de foot et d’athlétisme fin juin. Les compétitions de natation, de volleyball et de football dans le cadre des Jeux des îles de l’océan Indien devraient pouvoir s’y tenir. L’édition 2019 est prévue du 19 au 29 juillet.

Mais un plan B a tout de même été mis au point pour parer à toute éventualité. Si le complexe, dont la pose de la première pierre a eu lieu en février, n’est pas prêt, les épreuves de ces trois disciplines se tiendront alors dans d’autres infrastructures à travers l’île.

Xavier Duval s’est inquiété du retard pris et du fait que le complexe de Côte d’or sort de terre dans une région connue pour son instabilité grâce, hélas, aux éboulis sur la route Terre-Rouge/Verdun. Les piling works pourraient coûter jusqu’à Rs 400 millions de plus selon des consultants, a ajouté le leader du PMSD.

La Mauritius Multisports Infrastructure Ltd (MMIL), en charge du projet sportif, assure qu’il y aura «du bon travail» et pas les mêmes résultats que pour ce tronçons de route, a répondu Toussaint au leader de l’opposition. «On fait un ‘close monitoring’ avec MMIL, les ingénieurs» et tous ceux concernés, a ajouté Toussaint.

 

PNQ – Stephan Toussaint on Côte d’Or Sports Complex by ION News on Scribd