Rs 1,5 milliard. C’est ce que devrait coûter l’hôpital dédié au cancer qui devrait sortir de terre à Solférino d’ici deux ans. Anwar Husnoo a précisé le chiffre, ce matin, à l’issue de l’ouverture du troisième sommet de l’Unesco-Merck Africa Research.

Environ 2 500 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués à Maurice tous les ans. De 2015 à 2016, une augmentation de 7,4% a été notée, plus particulièrement chez les femmes. Le développement économique de Maurice s’est accompagné d’une sédentarisation de la population et d’une mauvaise hygiène de vie qui, comme l’explique Anwar Husnoo, favorisent le cancer.

Le cancer est la troisième cause de mortalité à Maurice. Le nouvel hôpital d’oncologie devrait être opérationnel d’ici deux ans (les travaux devraient débuter en février prochain) et compter plus de 200 lits. Husnoo a de plus annoncé la décentralisation des services de chimiothérapie afin d’éviter de longs trajets aux malades. L’autre mesure entamée par le ministère de la Santé est la formation des infirmiers et aides-soignants aux soins palliatifs à domicile afin de soulager les patients.

Le sommet l’Unesco-Merck Africa Research réunit des chercheurs, des médecins et une quinzaine de ministres de la Santé de divers Etats africains, cette année autour de la recherche sur le cancer et la vaccination. Et met les femmes et les jeunes à l’honneur. L’événement est organisé conjointement avec le bureau de la présidence et le ministère de la Santé, à l’hôtel Hennessy Park jusqu’à demain, 29 novembre.

La présidente Ameenah Gurib-Fakim espère que ce sommet aidera Maurice à collaborer avec d’autres pays de la région et encourager le «dialogue Sud-Sud mais aussi Nord-Sud» de par un échange d’idées et d’expertise. En reconnaissance du parcours de Gurib-Fakim dans la recherche scientifique, la fondation Merck décernera ce soir un prix en son honneur aux chercheuses mauriciennes qui se sont distinguées cette année lors d’une soirée de gala.