Les structures en place ne favorisent pas une bonne distribution de la richesse. La Confédération des travailleurs du secteur privé est confortée dans cette opinion par un récent rapport de la Banque mondiale.

S’il se réjouit de l’introduction du salaire minimal, Reeaz Chuttoo estime cependant qu’il ne représente qu’une «sécurité alimentaire», alors qu’il faudrait définir un «living wage». Le président de la centrale syndicale insiste également sur de meilleures protections des droits des travailleurs.

Ces propositions figurent au rang des recommandations de la CTSP pour le Budget 2018-2019, déjà soumises au gouvernement.