L’association a lancé une pétition afin de conscientiser les pouvoirs publics sur la nécessité d’un réel plan d’ensemble pour les cités ouvrières du pays. Olivier Précieux, président de Créole Debout, estime ainsi que trop souvent, les collectivités locales et les ministères jouent à se renvoyer la balle avant de résoudre les problèmes pratiques que connaissent les habitants de cités ouvrières. Olivier Précieux a ainsi pris pour exemple les travaux approximatifs, voire dangereux, entrepris à Cité Mauvilac à Pailles sur un terrain de basketball.

L’association Créole Debout s’attend donc à ce que les partis politiques qui s’aligneront pour les prochaines élections générales proposent un vrai programme pour s’assurer du développement et de l’amélioration de la qualité de vie au sein des cités ouvrières du pays.