Alvaro Sobrinho est actuellement à l’Independent Commission against Corruption (ICAC). L’homme d’affaires angolais y est interrogé under warning. A son arrivée vers 9h30, il était accompagné de son avocat Moorari Gujadhur.

Sobrinho sera entendu sur ses liens avec Ameenah Gurib-Fakim et la carte de crédit accordée à l’ex-présidente de la République au nom de Planet Earth Institute dont il est le fondateur.

Un autre axe de l’enquête porte sur ses affaires, permis et acquisitions à Maurice.

Sobrinho a été interpellé à sa résidence de Royal Park, tôt ce vendredi 24 août. Ses bureaux à Ebène ont été perquisitionnés ce matin, avant son arrivée à Réduit.

L’Angolais controversé a débarqué à l’aéroport de Plaisance en toute discrétion, hier. Les lieux où il a un intérêt étaient placés sous surveillance le 23 août.

L’enquête de l’ICAC sur Sobrinho a connu un coup d’accélérateur depuis le début de l’année. Ameenah Gurib-Fakim avait été convoquée, tout comme son ancien secrétaire à la présidence Dass Appadu. Celui-ci avait, durant le mandat de Gurib-Fakim au Réduit, pris congé pour être CEO de Vango Property, l’une des sociétés de Sobrinho.

Sydney Bathfield, chairman de Royal Park, avait également été auditionné par la commission anticorruption.

L’investment banking licence de l’Alvaro Sobrinho Africa Ltd a été suspendu en mars de cette année. Cela dans le sillage des poursuites engagées depuis août 2017 contre la compagnie pour «making statement which it ought reasonably to know was misleading». Deux mois plus tard, le ministre Sesungkur précisait au Parlement que les compagnies de Sobrinho étaient soumises à des «mesures réglementaires».

Sobrinho mais aussi les déplacements de la présidente avaient fait l’objet d’interpellations parlementaires.

(Images via mobile)