« Gouvernman pe fer profi lor latet popilasion », martèle Jayen Chellum. Cela à travers les prix pratiqués localement pour la vente de carburants mais aussi du gaz ménager alors que les cours mondiaux ont chuté de manière significative. Le secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice réclame, par conséquent, une baisse des prix de l’essence et du diesel. Celle-ci devrait logiquement suivre au vu du calcul utilisé par le Petroleum Pricing Mechanism, explique-t-il.

S’il reconnaît que les prix ont baissé fin 2015, Jayen Chellum relève cependant que les contributions prélevées par le gouvernement ont, elles, augmenté. Sans toutefois être inclus dans le Consolidated Fund. Ce qui, aux yeux de l’association, est « inacceptable ».

Idem pour le gaz ménager dont le prix a « dégringolé sur le marché international », soutient Jayen Chellum. Celui-ci estime ainsi que la facture devrait être réduite par au moins 30% pour la bonbonne de 10 kg, soit quelque Rs 100, pour refléter la valeur réelle sur le marché actuellement.

Le Petroleum Pricing Committee se réunit cet après-midi pour passer en revue les prix de ces produits.