Où sont les priorités ? C’est, en substance, la question que lance la Voice of Hindu (VoH). L’organisation socioculturelle dit ne pas craindre les enquêtes qui pourraient la concernaient par rapport à l’attribution des terres de l’Etat sous le précédent régime. Elle s’interroge cependant : pourquoi les investigations sont-elles ciblées ? Pourquoi les autorités s’intéressent-elles à un terrain de « 4 perches » au lieu d’autres dossiers autrement plus importants, demande Navin Unoop, l’un des dirigeants de la VoH. Et d’avancer que le gouvernement actuel fait du « hindu bashing ».