Les employés du secteur du transport public sont inquiets, à en croire la Union of Bus Industry Workers. En cause : le retour du projet métro léger.

Des inquiétudes se sont exprimées, indique le syndicat, quant à une perte d’emploi éventuelle dans le secteur. Pour Jean Alain Kistnen, secrétaire de l’UBIW, l’UBIW doit être « représentée dans toute forme de discussion » sur ce dossier.

Le syndicat a, durant sa conférence de presse, passé en revue la situation au niveau des divers opérateurs. Déplorant, chez la RHT ou la Triolet Bus Service, un usage jugé abusif des caméras de surveillance dans les bus. Ou encore des intimidations dont seraient victimes les travailleurs de la United Bus Service en raison de leur adhésion syndicale. Mais aussi, pour les employés d’opérateurs individuels, un réajustement salarial qui tarde à venir malgré de nombreuses réclamations.

En ce qui concerne la National Transport Corporation, les syndicalistes avancent qu’il faut recruter chauffeurs, receveurs et mécaniciens. Et nommer un directeur général indépendant et apolitique.