L’administration des collèges Lorette répond à la Secondary and Preparatory School Teachers and Other Staff Union. Le syndicat présidé par Lysie Ribot a, hier, accusé le management du Lorette de Quatre-Bornes de se baser sur un «faux» document pour justifier la prise des présences. Et la suspension de trois enseignants de l’établissement qui ont refusé de s’acquitter de cette tâche.

Sœur Marie Ange Lim, coordinatrice des collèges Lorette, fait ressortir que les documents cités sont officiels et qu’ils proviennent tous de la Private Secondary Education Authority (PSEA). Elle ajoute que les enseignants sont «heureux», dans leur grande majorité, de se prêter à l’exercice du «roll call» et que cela crée une relation privilégiée entre les Form Teachers et les élèves.

La Commission de conciliation et de médiation avait été saisie suite à la suspension des enseignants. L’affaire est maintenant du ressort de la PSEA. Où le LCQB a proposé que la suspension soit annulée à condition que les trois enseignants acceptent de prendre les présences.

La SPSTOSU a lancé un mot d’ordre depuis l’année dernière pour que les enseignants ne s’en chargent plus à partir de cette année scolaire. La raison avancée: des enseignants ont été menacés par des parents.

Image : loreto.mu