« La situation est sous contrôle. » Le Commissaire de police (CP) se veut rassurant après les coups de feu tirés, très tôt ce matin, sur l’ambassade de France et l’hôtel St Georges, dans la capitale. Différentes unités des forces de l’ordre travaillent activement, dit Mario Nobin, pour retracer les individus suspectés d’être à l’origine de cet incident. Et la police a renforcé son dispositif de sécurité, assure-t-il.

Si des graffitis se rapportant à l’organisation Etat islamique ont été tagués sur le mur de la mission diplomatique française, le CP indique cependant qu’il est trop tôt pour établir un lien avec les menaces terroristes reçues en début d’année. La cellule antiterroriste collabore à l’enquête, poursuit le chef de la police.

Selon les premiers éléments récoltés jusqu’ici, les quatre coups de feu pourraient provenir de fusil de chasse de petit calibre.

Le public est encouragé à rapporter des faits suspects sur la hotline dédiée : 148.

L’ambassade de France a émis dans le courant de l’après-midi un communiqué sur son site Web. Elle y écrit avoir été victime « d’actes de vandalisme et d’intimidations (inscriptions murales au nom de l’Etat islamique, coups de feu) ». L’ambassade est « en contact permanent avec les autorités locales » pour renforcer la sécurité autour de ses locaux mais aussi des entreprises françaises.

Contactée, une importante chancellerie étrangère confirme qu’elle adopte les « usual levels of security » actuellement.