La direction veut imposer de nouvelles conditions de travail et une grille salariale sans passer par les négociations salariales, selon la Mauritius Ports Authority Marine and Other Staff Union (MPAMOSU). Une option form a été remis aux employés le 14 avril et doit être rendu au plus tard le 28 de ce mois. Soit dans deux jours.

Une attitude qui n’est pas au goût du syndicat. Plusieurs réunions ont pourtant eu lieu avec la direction, affirme le négociateur Jean-Yves Chavrimootoo, pour soulever diverses questions. Comme le mode de paiement des allocations suivant le night shift. Point sur lequel la direction a indiqué avoir reçu l’aval du State Law Office.

Une énième rencontre avec le président du conseil d’administration de la Mauritius Ports Authority ne s’est pas terminée à la satisfaction de tous. Le syndicat souhaite pouvoir discuter des termes du rapport sur la révision salariale soumis par le consultant, nommé par la MPA en 2015. Le chairman a indiqué que le processus déjà enclenché sera maintenu.

Estimant qu’il y a deadlock, la MPAMOSU a déclaré litige et s’est tourné vers la Commission de conciliation et de médiation ce mardi 25 avril.

Le syndicat espère toutefois que la direction reviendra à de meilleurs sentiments et reprendra les discussions.

La MPAMOSU a également porté plainte au Data Protection Office ce lundi 24 avril. Cette fois-ci à cause d’un formulaire de consentement, annexé à l’option form, pour la prise d’empreintes sur le lieu de travail.