Le «shift system» dans les hôpitaux ne marche pas, insiste le Dr Vinesh Sewsurn. Et même le ministère de la Santé doit se confronter à ce fait depuis son déploiement général dans les hôpitaux le 1er août.

Le système de rotation pour les médecins, affirme le président de la Medical and Health Officers Association (MHOA), doit être restreint au service des urgences. Celui-ci étant le seul qui fonctionne 24 heures sur 24. C’est d’ailleurs ce que le syndicat a fait comprendre au ministère de la Santé, lors de sa rencontre avec le Senior Chief Executive, ce matin.

Le représentant des médecins généralistes propose, de plus, que les hôpitaux régionaux soient affiliés à des universités médicales. Cela permettrait d’assurer la formation continue des médecins, fait-il valoir.

Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Unions, note pour sa part que le ministère de la Santé est en train de revoir sa copie sur le shift system. Du moins en partie.

La MHOA insiste cependant qu’une réforme en profondeur du système de santé est nécessaire. Une réforme qui prendrait en compte le système de rotation, restreint à certains services mais applicable à tous les corps de métiers impliqués, et pas qu’aux médecins.

Cette réunion intervient après une audience, à la mi-août, à la Commission de conciliation et de médiation. Après des semaines de tension, une manifestation et une réunion avortée, syndicats et ministère sont tombés d’accord pour reprendre les discussions.